L’iPad : la concrétisation

Cela fait quelques mois que j’utilise l’iPad. Je m’en sers beaucoup et j’en suis clairement très satisfait. Je ne vais pas détailler cela aujourd’hui, je vais plutôt évoquer l’attente à laquelle cet outil répond pour moi. Assez tôt, j’ai construit des machines, avec des boîtes, des vis, des fils, etc. Et puis, j’en ai surtout dessiné : voitures, claviers, ordinateurs… J’ai par ailleurs utilisé un certain nombre d’ordinateurs de poche et autres assistants personnels numériques (Psion et Palm Pilot notamment) tout en voyant passer la première tablette d’Apple, le Newton.

Au fil des ans, j’ai collecté certaines idées dans un document de conception : une forme de tablette, un écran tactile, une interface sans multifenêtrage, des applications allant au-delà des fonctions d’un PDA, etc. Et à la fin des années 90, je suis arrivé au dessin ci-dessous : une tablette portable, à poser par exemple sur une table.

Quand le concept de Tablet PC est apparu au début des années 2000, je n’ai pas du tout été convaincu par les produits en question : interface non adaptée, nécessité d’utiliser un stylet, présence encombrante du clavier physique… Alors, j’ai continué à attendre, finalement pendant plus de 10 ans.

Au cous de cette décennie, la miniaturisation a continué son évolution rapide et Apple a repenser ce que pouvait être une interface graphique en se basant l’imprécision des doigts. L’iPad est alors venu concrétiser ce que j’attendais.

Aujourd’hui, j’utilise l’iPad pour de nombreuses activités : pour les fonctions d’un PDA, celles d’un ordinateur, pour les loisirs, le travail… Et même certaines utilisations avancées : travailler sur des documents avec LaTeX (via l’application Tex Touch, un compte Dropbox et l’utilitaire TexTimer) et développer des applications Web (via l’application Mides et un serveur FTP). Je publierai sûrement une sélection d’applications à la suite de la sortie d’iOS 4…

038tablette

 

Publicités