Caractériser le rendu des jeux vidéo sur écran cathodique

Depuis la sortie de mon premier livre sur les jeux vidéo en 2001, je travaille sur le deuxième. J’en parlais ici il y quelques années et je reviens sur le sujet car le projet se précise de plus en plus. L’idée de départ est de produire un support de conservation du rendu si particulier des jeux vidéo sur écran cathodique. J’ai ainsi sélectionné des jeux et je les ai photographiés sur une télévision. Dans le livre, ces photos seront accompagnées par des notices et un texte sur l’approche.

En 2008, j’avais répondu aux questions du magazine Amusement et, pour la publication de l’interview, j’avais fourni des images comparant le rendu avec un émulateur (sans activer les filtres disponibles) et le rendu sur un écran cathodique. Je reprends aujourd’hui ces images (voir ci-dessous). C’est l’occasion de faire la comparaison et ainsi de caractériser le rendu des jeux vidéo sur écran cathodique. Le cadre d’étude étant : des jeux tournant sur des machines 8 ou 16 bits à affichage par balayage (donc non vectoriel).

Les images ci-dessous correspondent aux jeux suivants :
  • Castlevania sur Nintendo Entertainment System (NES, Famicom) ;
  • Fantasy Zone sur Sega Master System (Mark III) ;
  • Golden Axe sur Sega Mega Drive (Genesis) ;
  • Out Run sur Sega Mega Drive (Genesis) ;
  • PC Kid 2 (PC Genjin 2, Bonk’s Revenge) sur Nec PC Engine (TurboGrafx-16).
Caractéristiques

Tout d’abord, voici un ensemble de caractéristiques liées aux tubes cathodiques et que l’on retrouve dans mes photos :
  • lignes de balayage : l’affichage se fait par balayage horizontal et l’on perçoit nettement les lignes que cela produit (voir par exemple le ciel de Out Run) ;
  • niveau de luminosité : étant donné que les lignes de balayage sont un peu écartées, le rendu est globalement moins lumineux que le rendu de base d’un émulateur (voir par exemple le blanc du ciel de Fantasy Zone) ;
  • rondeur des détails et douceur globale : un pixel sur un écran cathodique n’est pas carré, il est plutôt rond (comparer par exemple les points blancs à l’horizon dans Out Run), ce qui procure un rendu beaucoup plus doux (comparer par exemple les fleurs de PC Kid 2) ;
  • diffusion de la lumière : la lumière se diffuse légèrement autour de chaque pixel affiché (pas très visible sur les images ci-dessous).

D’autres caractéristiques, liées à la qualité de l’écran :

  • décalages des couleurs : les trois composantes de chaque pixel ne sont pas toujours précisément affichées au moment endroit (voir par exemple le texte dans Castlevania, le rouge est décalé à gauche et le bleu à droite) ;
  • tremblements : pour diverses raisons, l’affichage peut ne pas être tout à fait stable ;
  • dédoublement : il peut y avoir comme une image fantôme plus ou moins décalée (voir les palmiers de Out Run).
Enfin, des caractéristiques que l’on ne retrouve pas dans mes photos (je les ai évitées pour les photos comme je les évite quand je joue) :
  • reflets : comme sur un écran plat brillant ;
  • bordure : espace vierge entourant la zone d’affichage du jeu ;
  • courbure : les dernières télévisions cathodiques étaient plates, mais pas les précédentes.
On pourrait ajouter la rémanence et des caractéristiques plus fines, mais l’essentiel concernant mes photos y est.

Style

Le rendu des jeux vidéo sur écran cathodique est fortement marqué au niveau du style par :
  • la qualité d’émission du signal vidéo (le signal vidéo d’une NES est par exemple connu pour ses couleurs qui bavent) ;
  • le type de ce signal (une sortie péritel RGB apporte par exemple une plus grande précision qu’une sortie composite) ;
  • la façon avec laquelle il est affiché par l’écran cathodique (l’écran peut par exemple généré un léger dédoublement).
À chaque niveau, plusieurs composantes stylistiques se manifestent pour produire le rendu qui nous intéresse ici.

D’un côté (à gauche sur les images ci-dessous) : la mémoire vidéo du système de jeu nous est affichée, avec fidélité. De l’autre côté (à droite sur les images) : la rencontre d’un signal vidéo avec un tube cathodique se manifeste. Cette rencontre correspond à l’expérience de jeu de l’époque, mais aussi au contexte de création de ces graphismes (du côté des auteurs). Conserver ce rendu, c’est donc conserver une esthétique, des sensations visuelles, mais aussi les intentions des artistes.

CastlevaniaFantasy_zoneGolden_axeOut_runPc_kid_2

Publicités

Apprendre précisément au moment de la réception d’une évaluation

Certains des enseignements que j’ai suivis durant mes études m’ont marqué d’une manière particulière. J’ai par exemple appris beaucoup dans les cours de communication. Et je garde fortement à l’esprit un cas où c’est le fait de ne pas avoir eu la note maximale en informatique qui a été l’une de mes plus grandes leçons.

C’était un enseignement portant sur les microprocesseurs et leur interfaçage. Dans le cadre des travaux dirigés, il fallait réaliser un projet autour du microprocesseur 68000 de Motorola : mettre en œuvre sur le plan matériel et au niveau logiciel un système répondant à un énoncé au choix.

Nous étions trois sur un sujet qui ne me semblait pas proposer de difficultés majeures. Nous avons assemblé quelques composants, écrit du code en assembleur 68000 et procédé à de nombreux tests. Le résultat répondait, de notre point de vue, complètement au problème posé.

Et pourtant, l’évaluation que nous avons reçue n’était pas la plus haute possible. L’enseignant nous a précisé qu’il n’y avait effectivement aucun souci concernant la mise en œuvre technique, mais il a ajouté qu’au moment de la conception, nous aurions dû aller au-delà de l’informatique et de l’électronique. Il aurait fallu faire des recherches dans le domaine lié au sujet (la thermodynamique) pour que notre réponse soit encore plus pertinente.

C’est l’un des apprentissages qui a le plus compté pour moi. Prendre en compte un problème dans sa globalité/complexité, même si elle n’est pas présentée.

« Sortie digitale », « dématérialisation », ou simplement, téléchargement ?

Je lis plusieurs fois par jour la formule « sortie digitale », dans un contexte musical. Mais qu’est-ce que cela signifie ?…

Si je traduis en français, cela donne : sortie numérique. Mais cette traduction ne semble pas pertinente puisque la musique sur CD est elle aussi numérique. Ce que « sortie digitale » désigne, c’est tout simplement une sortie en téléchargement. Oh la la ! Quel gros mot : téléchargement… Apparemment, tout le monde ne semble pas disposé à l’utiliser, le suspectant sûrement d’une connotation illégale. Et puis, « digital », c’est aussi pour la frime à l’américaine… Alors, plutôt que d’aller vers téléchargement, éventuellement en précisant téléchargement légal, on nous dit « sortie digitale ». Personnellement, sortie en téléchargement me conviendrait tout à fait !

Je lis aussi très souvent le mot « dématérialisation », dans différents contextes, notamment celui des jeux vidéo. Dématérialisation… Vraiment ???

Y a-t-il vraiment dématérialisation quand un jeu est mis à disposition sur des serveurs, distribué en passant par d’autres machines constituant Internet et stocké sur des disques durs, cartes mémoire, etc. ? Ce n’est pas parce que le jeu n’est plus distribué en boîte, ce n’est pas parce qu’il n’est pas vendu sur un support physique, qu’il y a pour autant dématérialisation. Là encore, téléchargement suffirait.