Apprendre précisément au moment de la réception d’une évaluation

Certains des enseignements que j’ai suivis durant mes études m’ont marqué d’une manière particulière. J’ai par exemple appris beaucoup dans les cours de communication. Et je garde fortement à l’esprit un cas où c’est le fait de ne pas avoir eu la note maximale en informatique qui a été l’une de mes plus grandes leçons.

C’était un enseignement portant sur les microprocesseurs et leur interfaçage. Dans le cadre des travaux dirigés, il fallait réaliser un projet autour du microprocesseur 68000 de Motorola : mettre en œuvre sur le plan matériel et au niveau logiciel un système répondant à un énoncé au choix.

Nous étions trois sur un sujet qui ne me semblait pas proposer de difficultés majeures. Nous avons assemblé quelques composants, écrit du code en assembleur 68000 et procédé à de nombreux tests. Le résultat répondait, de notre point de vue, complètement au problème posé.

Et pourtant, l’évaluation que nous avons reçue n’était pas la plus haute possible. L’enseignant nous a précisé qu’il n’y avait effectivement aucun souci concernant la mise en œuvre technique, mais il a ajouté qu’au moment de la conception, nous aurions dû aller au-delà de l’informatique et de l’électronique. Il aurait fallu faire des recherches dans le domaine lié au sujet (la thermodynamique) pour que notre réponse soit encore plus pertinente.

C’est l’un des apprentissages qui a le plus compté pour moi. Prendre en compte un problème dans sa globalité/complexité, même si elle n’est pas présentée.
Publicités