ScanCRT : une fonte inspirée par une contrainte forte et par les tubes cathodiques

Scancrt0scancrt

Exemple d’utilisation (à visualiser en plein écran) :

Scancrt_exemple

J’ai récemment dessiné une nouvelle police de caractères : ScanCRT. J’avais commencé à en dessiner dans les années 80, sur du papier à petits carreaux, pour les intégrer dans des logiciels que je développais. Au début des années 90, j’en avais distribué quelques-unes, non pas sur le Web… mais sur BBS. Il s’agissait de fontes matricielles stockées dans des fichiers .com pour DOS (les précédentes étaient sur cassette…).

En 2001, j’ai conçu une nouvelle police de caractères pour un moteur de jeu vidéo en Java sur lequel je travaillais (Loqness). Je m’étais basé sur une contrainte forte liée à ce moteur : n’utiliser pour chaque caractère que les 12 segments d’un carré et ses diagonales (quatre côtés, chacun divisé en deux, et deux diagonales, chacune divisée en deux). Le style obtenu m’avait plu : des majuscules assez carrées et des minuscules plus proches d’un losange. Mais certaines distinctions étaient parfois difficiles, par exemple pour le X et le Z.

Alors, quand je suis reparti de cette contrainte pour dessiner ScanCRT, j’ai pris quelques libertés, tout en restant dans l’esprit. Et j’ai ajouté un rendu particulier : celui des écrans à tube cathodique (qui affichent des lignes de balayage caractéristiques).

ScanCRT est disponible en huit versions : normal, gras, léger, léger gras, petit normal, petit gras, petit léger, petit léger gras. Cette police est surtout prévue pour les titres (grandes tailles). Pour avoir un rendu cohérent avec l’idée des tubes cathodiques, une couleur claire sur fond noir est conseillée (voir les illustrations). Au fait, quelle version préférez-vous ?

ScanCRT est distribuée au format TTF (True Type Fonts) sous licence Creative Commons Attribution ici :
Publicités

Sélection d’outils pour travailler sur du texte

Voici une petite sélection d’outils que j’utilise quand je travaille sur du texte sous Mac OS X.

Saisie :
  • TextMate : éditeur de texte assez complet (pour la prise de notes) ;
  • OmniOutliner Professional : édition hiérarchisée (quand un niveau élevé de structuration est nécessaire avant la rédaction) ;
  • TeXnicle : éditeur de code TeX/LaTeX (pour la rédaction et le rendu du document, voir ici).
Outils :
  • MacTeX : distribution TeX/LaTeX (pour compiler le code TeX/LaTeX) ;
  • LaTeXiT : compile une portion de code TeX/LaTeX pour copier/coller le résultat ;
  • Antidote HD : dictionnaires de français (mais aussi correcteur grammatical) ;
  • Ultralingua : dictionnaire français/anglais (concis et précis à la fois, il m’aide notamment à trouver mes mots en français…) ;
  • FormatMatch : transforme le texte du presse-papier en texte brut ;
  • DropBox : stockage en ligne (pratique notamment pour retrouver ses fichiers sur d’autres machines ou pour partager des fichiers) ;
  • Vocal : en combinaison avec l’application du même nom sur iPhone, pour dicter du texte via Siri ;
  • la fonction Parole de Mac OS X pour la lecture orale du texte.
Au sein du texte :
  • OmniGraffle Professional : éditeur de schéma assez complet (exporte en PDF) ;
  • Numbers : tableur (pour les grand tableaux peu pratiques à éditer avec du code) ;
  • TexTable : pour exporter un tableau vers des commandes LaTeX.